Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 septembre 2008 7 07 /09 /septembre /2008 00:00

Sylvie a bien voulu partager avec nous quelques belles dentelles admirées à Bourbonne les Bains, fin août. Elle a eu la gentillesse de prendre de nombreuses photos (je ne vous en montre que trois) et de noter un texte sur la dentelle fort intéressant.

                                           Reportage à Bourbonne

"Sous Louis XIV, la cour de France faisait étalage de son incroyable richesse et l'ostentation ne connaissait pas de limites.
Pour cela, la France importait en masse des produits de luxe étrangers et se ruinait en achats de grandes quantités de dentelles flamandes et italiennes, et ce malgré l'interdiction d'un édit royal visant à protéger son économie.
Pour redresser cette situation, Colbert, ministre des finances de Louis 14, décida de développer et d'améliorer la qualité de la production française afin de concurrencer les produits étrangers et de sorte que l'argent ne sorte pas du royaume.


 
Il fit venir clandestinement 250 dentellières flamandes et italiennes chargées d'instruire les ouvrières françaises.
Le siège et la succursale de cette institution commerciale furent établis à Paris.
Mais la Flandre et Venise se révoltèrent car la dentelle représentait un enjeu économique important: des peines sévères attendaient celles qui avaient divulgué ce qui était considéré comme un secret d'état.
Colbert compris qu'il ne fallait pas copier mais perfectionner les techniques.


Des artistes de différentes disciplines furent donc invités à dessiner des projets ( Nicolas de Langres: dessinateur de plantes et d'animaux du jardin du Roy, Le Brun: peintre à la cour et directeur de la manufacture des Gobelins et du mobilier royal puis Bérain: dessinateur de la chambre et du cabinet de Roy)
 
Les manufactures royales du point de france furent fondées en 1665.
Le but que s'était fixé Colbert fut atteint et jusqu'en 1789, la France allait donner le ton dans le domaine de la dentelle.
Les manufactures ne devaient travailler que sur des points français et leurs techniques confondues étaient à l'origine appelées "poinct de France".
Ce n'est qu'à partir du moment où la dentelle d'Alençon occupa une place prépondérante qu'elle prit le nom de point d'Alençon.


Seul, ce type de dentelle fut autorisé à la cour, sa production fut poursuivie jusqu'au 18e siècle et sa qualité maintenue à un très haut niveau."
 
D'après " L'Europe de la dentelle" de Martine Bruggeman et " Histoire de la dentelle" de E.Bury Palliser.

Merci à Sissy pour ce beau reportage.

Partager cet article

Repost 0
Published by Marie-Christine Marie-Christine - dans plaisirs d'aiguille et autres petits plaisirs
commenter cet article

commentaires

Lutine 12/09/2008 09:25

Magnifique !Et tres instructif !

Peggy 10/09/2008 23:29

c'est le dmc d'antan !!Peg

Caro 08/09/2008 08:55

ma première approche de la dentelle (dans un musée) a été le point d'Alençon.Je ne m'en suis jamais remise, elle nécessite tant de travail et elle est tellement fine !

Sissy 52 07/09/2008 20:32

Merci beaucoup marie-Christine d'avoir fait partager aux autres brodeuses un petit peu de cet après-midi enchanteur passé à Bourbonne les Bains où s'est déroulée cette 9e rencontre de la dentelle et des arts créatifs. La prochaine, fin août 2009.

LUBY 07/09/2008 10:42

mille merci pour ce reportage photoc'est magnifique - bises karine